Madame Graisse…

ou tissu adipeux, ou encore les adipocytes, appelez cela comme vous voulez, le sentiment est le même : on ne les aime pas…et c’est bien dommage.

Je ne vais pas trop rentrer dans les détails scientifiques car je ne veux pas risquer d’écrire des bêtises et de vous les transmettre. Je vais cependant faire la part des choses et redorer  un peu le blason du vrai-bon-gras-nécessaire-à-notre-organisme et bien sûr, faire la peau au méchant-gras-qui-nous-menace.

1 – à quoi sert le bon gras ? Entre autres : à conserver notre température corporelle, à freiner le vieillissement de nos organes, à nous donner de l’énergie, à composer les membranes de nos cellules, etc…

2 – Une cellule de graisse ou adipocyte n’est détruite qu’à certaines conditions (lipolyses ou intervention chirurgicale), dans le cas des régimes que nous connaissons, les cellules peuvent uniquement se vider,et le gras contenu sera éliminé par les voies naturelles.

Il faut absolument garder à l’esprit que lors d’un régime drastique et privatif (je parle des besoins réels du corps, pas des envies psychologiques), certes, les cellules se vident mais cela fait croire au cerveau que le corps est en danger. C’est à ce moment qu’il réagit comme pour tenir un siège : il ralentit notre métabolisme (utilisation d’énergie au repos) et stocke ce qu’il a et tout ce qui rentrera à nouveau en lui. Sans oublier qu’il stimulera la sensation de faim.En d’autres termes, la perte puis la stabilisation de la masse grasse du corps (idéalement entre 20 et 25% du poids santé) passe par un équilibre entre nourrir le corps avec des aliments dont il a réellement besoin pour fonctionner parfaitement, tout en réduisant l’absorption des « mauvais gras », provenant majoritairement des produits transformés et industriels. (je ferai aussi un article sur les sucres raffinés, mais une peine après l’autre 😉

Si nous ne faisons pas cela, qu’est-ce qu’il se passera ? Une fois le régime terminé, la quantité des aliments va augmenter (mais hélas, pas forcément la qualité), nous remplirons à nouveau les cellules vidées, mais nous risquons aussi d’en créer d’autres que nous remplirons tout aussi bien.

Ce qui est paradoxal, c’est que l’on frise l’évanouissement lorsqu’on voit un peu de couenne sur du jambon frais du charcutier mais on se régale de lasagnes préparées, bourrées de gras et de sel…on marche sur la tête.

Je ne fais le procès de rien ni personne, chacune mange ce qu’elle veut. Je souhaite juste que nous soyons parfaitement conscientes de ce que l’on ingère et les effets sur notre corps (et encore, je vous épargne les maladies et pathologies). Je vais faire une comparaison avec une voiture (et je le ferai souvent, je ne peux pas cacher mes origines 😉 : si nous mettons le mauvais carburant dans notre véhicule, il roulera mal, il crachera de la fumée, nous risquons même de flinguer certaines pièces, voire même le moteur. Donc des fluides gras, oui, mais les bons !

Je ferai des articles sur la nutrition pure, en lien avec cet article, histoire de donner plus de cartes !

à très vite !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s